Sacrée saison 2016 !

Dimanche 18 septembre 2016

Jeudi 13 octobre dernier, Benoit terminait sa saison sur le championnat du monde espoir à Doha au Quatar, 8 mois jour pour jour après son premier dossard lors de la première étape du Tour de l’Ardèche méridionale, le 13 février ! 8 mois de compétition qui l’ont vu se révéler au plus haut niveau amateur français et international !

Photo : Zoé Soulard.

Doha, une expérience unique

C’est dans un rôle d’équipier que Benoit a pris part au championnat du monde espoir au Quatar : « Nous avions prévu un coup de force à 6 kilomètres de l’arrivée pour réduire un peu le peloton en cas d’arrivée massive. Malheureusement, nous n’avons pas réussi notre projet. Le vent soufflait de face et il nous manquait notre bête à rouler Rémi Cavagna. » Les français essayent alors de placer au mieux Hugo Hofstetter, coureur professionnel chez Cofidis et leader du jour. Mais les maillots bleus se feront piéger par les multiples cassures qui se créent dans le peloton dans les derniers kilomètres. A titre personnel, Benoit reste content d’avoir pu compter sur une forme encore bien présente : « Bien qu’arrivant à Doha en fin de cycle, j’étais physiquement bien. Je n’ai pas trop souffert de la chaleur. J’ai couru avec une éponge sous le maillot pour me rafraichir. Nous avions deux ravitaillements par tour, c’était assez confortable. Le staff de l’équipe de France avait mis les moyens qu’il fallait pour éviter le coup de chaud ! »

Benoit remporte la 3e étape des boucles de l'Artois en coupe de France DN1.

« Un bilan qui me satisfait à 99% ! »

Benoit a pu découvrir de nombreuses courses dans sept pays différents en portant durant la saison 4 maillots distincts : le maillot du C.C.F., le maillot du comité Rhône-Alpes, le maillot de l’équipe de France espoir et le maillot de l’équipe professionnelle AG2R LA MONDIALE. « C’est Loïc Varnet, le directeur du centre de formation, qui a chapeauté toute ma saison et donc géré mes calendriers. C’est une chance de ne pas avoir à s’occuper tout cela et de ne penser qu’à pédaler. » Benoit s’adapte vite au changement « d’équipe » : « On retrouve toujours un peu les mêmes coureurs dans chaque équipe. A chaque fois, j’ai réussi à bien m’adapter au milieu et à donner le meilleur de moi-même ! » 

4e place pour Benoit sur le championnat d'Europe espoir. Photo : Coline Briquet Photos.

Vice-champion de France amateur derrière Valentin Madouas.

Les boucles de l’Artois, un souvenir indélébile

Si les résultats et les bons moments collectifs se sont enchaînés, un seul souvenir se détache. Une semaine après avoir remporté la classique Annemasse-Bellegarde, Benoit lève les bras sur la dernière étape des boucles de l’Artois : « C’était un moment magique. Nous avions bien maîtrisé notre sujet durant les étapes précédentes, Nans Peters était sur le podium du classement général. Cette victoire fut la cerise sur le gâteau. Et puis la présence de mes parents à l’arrivée a fait de cette journée un excellent souvenir ! »

Un maillot tricolore, le petit regret de cette saison

Dans la course aux maillots distinctifs, Benoit n’est jamais passé très loin : 2e sur le championnat de France amateur, 2e sur le championnat de France espoir et 4e sur le championnat d’Europe espoir. Des places qui le satisfont mais laisseront une pointe de regret : « J’étais content d’être performant sur ces championnats. Ce sont des courses que tout le monde attend et montrer que l’on est présent au rendez-vous et toujours quelque chose d’important. Mais c’est vrai que de réussir à porter un maillot tricolore aurait été une belle récompense ! »

Retour à Chambéry et une saison véritablement terminée !

A peine rentré, Benoit prolonge d’une journée sa saison en courant le cyclo-cross d’Aix-les-Bains, organisé par Guillaume Bonnafond, un ancien coureur du centre de formation. Et puis ça y est, c’est terminé ! « Physiquement, je n’étais pas cramé, mais la coupure arrive au bon moment. Mentalement, d’enchainer de belles courses avec les pros et l’équipe de France en fin de saison m’a permis de conserver la motivation. Les fins de saisons peuvent paraitre longues lorsque l’on a passé nos objectifs. Pour ma part, c’est passé très vite avec toutes ces découvertes ! »

« Que du bonheur durant cette saison 2016 »

Après sa chute sur le tour des Pays de Savoie en 2015, Benoit avait quelques doutes sur son retour au plus haut niveau en 2016 : « Je pensais que cela allait prendre un peu plus de temps. » C’est tout l’inverse qui se produira avec un début de saison tonitruant : « Je n’ai pas fait un hiver particulièrement plus intense que les autres années pour rattraper mes deux mois d’interruption en 2015. J’ai participé à tous les entraînements proposés par le centre de formation. » Entre le 28 février et le 21 mai, Benoit a enchaîné 19 jours de course sur lesquels il n’est jamais sorti du Top 30, compte 16 Top 10 et deux victoires ! Ces résultats le projetteront en tête dans différents classements, notamment celui de DirectVélo.

La confiance est certainement le point de départ de tous ces résultats obtenus en début de saison. La confiance de ses coéquipiers quant à pouvoir faire la course, la confiance du staff du C.C.F. le protégeant sur plusieurs compétitions et la confiance du sélectionneur national par une sélection lors du stage de préparation. Un tout qui a mis Benoit en confiance pour se lancer dans une nouvelle saison. « Les différents stages avec le C.C.F. et l’équipe de France m’ont bien fait travailler. Avec quelques coéquipiers nous sommes partis quelques jours en Espagne pour profiter des beaux jours et poursuivre cette préparation. Tout cela a fait que j’ai réussi une belle entame. »

Cette année fut également riche physiquement. Près de 22.000 kilomètres parcourus, 57 jours de compétitions en 8 mois de saison. Et cela sans aucun abandon : « J’ai eu la chance de ne pas connaitre les blessures ou les chutes et donc de pouvoir enchaîner les entrainements et les compétitions. C’est une véritable saison pleine qui devrait, je l’espère, me faire franchir un palier ! » S’il a remarqué des progrès dans les longs cols, c’est sa qualité de puncheur qu’il a véritablement renforcée : « C’est un de mes points forts. J’ai beaucoup progressé sur ces efforts courts d’une à deux minutes. »

Et puis côtoyer d’autres coureurs permet d’étendre sa connaissance du milieu, notamment celui du monde professionnel : « Avec les coureurs pros, nous parlions davantage de leur vie en général que de sport pur. J’étais curieux de savoir comment il gérait une course, leur carrière, comment se déroulait l’organisation des déplacements, etc … C’est une autre vie que celle de coureur professionnel : tu es vraiment assisté et tu n’as plus qu’à penser à performer, c’est très confortable. C’est une vie un peu haut de gamme que je vais avoir la chance de connaitre ! »

De chaque expérience, Benoit en tire des leçons, en garde des souvenirs : « J’en ai pris plein les yeux avec les compétitions avec les professionnels. J’ai pu aussi constater la forte attente qu’il y a lorsque tu cours en France avec le maillot de l’équipe de France. Sur le championnat d’Europe à Plumelec, il y avait beaucoup de pression ! »

Benoit avec Stéphane Goubert, directeur sportif pour l'équipe AG2R LA MONDIALE sur le tour du Limousin.

2017, deux opportunités et le passage chez les pros

Alors que les vacances sont au programme pour les jours qui arrivent, la saison 2017 est déjà dans les esprits. Une saison particulière que Benoit débutera avec le centre de formation avant de rejoindre l’équipe professionnel dès le 1er août. « Je suis content de poursuivre un peu avec le C.C.F. Cela me laissera l’opportunité de pouvoir gagner encore quelques courses chez les amateurs et surtout de pouvoir travailler physiquement avant de me lancer dans le grand bain. » Pour Benoit, c’est encore 7 mois d’apprentissage avant de rentrer dans le monde professionnel. Mais c’est aussi et surtout la possibilité pour lui de terminer son DUT Techniques de commercialisation sereinement !

Avant de partir avec plusieurs de ses coéquipiers en vacances, Benoit avait à cœur de les remercier : « Je voudrai dire un grand merci à toute l’équipe. Si j’ai performé, c’est en grande partie grâce à eux. Leurs soutiens durant les courses, leurs aides lors des finals de courses et surtout leur confiance, m’ont permis de franchir un cap et de pouvoir passer professionnel l’an prochain. Si je passe professionnel, c’est grâce à eux ! »

Copyright : Gus Sev - Photographe