Apprentissage à vitesse grand V !

Mardi 13 mars 2018

Voilà Benoit définitivement dans le grand bain. Après un hiver rythmé par les sollicitations suite à son titre de champion du monde espoir et les stages d’entrainement avec l’équipe, Benoit a débuté sa saison en France puis sur le tour d’Abu Dhabi. Et après 13 jours de course, Benoit a déjà pris beaucoup de notes sur ces premières expériences.

Photo : Tim de Waele.

Auprès des leaders dans le sud de la France

Sur l’étoile de Bessèges puis sur le tour cycliste international La Provence, Benoit a eu l’opportunité de rouler pour défendre un maillot de leader. Un exercice particulier : « J’avais déjà connu cela avec l’équipe de France mais nous n’avions pas réussi dans notre tâche. Sur l’étoile de Bessèges, nous étions rassemblés derrière Tony Gallopin. Il avait à cœur de remporter cette course sur laquelle il avait déjà terminé plusieurs fois sur le podium. En Provence, c’est pour Alexandre Geniez que nous avons roulé. C’était vraiment très enrichissant de défendre ces maillots. Filtrer les échappées, maintenir un écart ou revenir sur les hommes de tête sont des actions qui peuvent paraître aisées mais pas du tout. » Benoit a pu également retrouver le goût de l’échappée sur l’étoile de Bessèges.

Photo : Tim de Waele.

Coude à coude avec les grands sprinteurs

Sur le tour d’Abu Dhabi, Benoit participait à sa première course WorldTour. Si le plateau des sprinteurs était le plus relevé, la course ne fut pas d’une intensité importante et le normand n’a pas véritablement pu jauger son niveau dans cette catégorie. Malgré tout, il ressort avec une expérience accrue : « J’ai beaucoup roulé pour Mathias Frank et pour Rudy Barbier. J’avais pour consigne d’aidé Rudy à se placer pour l’emballage final. C’était impressionnant de se retrouver à côtés des trains formés par les grosses équipes de sprinteurs comme QuickStep ou Katusha. Ca frottait beaucoup mais tout le monde restait sur le vélo. Nous nous sommes plutôt bien débrouillés à deux. Rudy termine à trois reprises dans le Top 10. Pas mal pour des débuts en WorldTour et sans train spécifique. » Benoit a aussi aidé Mathias Frank à se replacer avant la montée finale décidant du classement général. Il a également couru son troisième contre-la-montre individuel de la saison : « Je suis content de mon chrono. J’avais relevé plusieurs erreurs sur les épreuves précédentes et j’ai pu réajuster quelques points. J’ai aussi suivi Alexandre Geniez pour voir comment il gérait cet exercice. A titre personnel, j’ai très bien géré mon effort, mes trajectoires, mes temps de récupération, ce qui m’apporte satisfaction. Physiquement, je sens qu’il me manque pas mal de force. Mais cela va venir avec l’accumulation des compétitions ! »

Photo : Tim de Waele.

Petit stage espagnol

Après une semaine un peu plus allégée en entrainement, Benoit a participé à un stage organisé par l’équipe. Sous le soleil espagnol, les conditions étaient parfaites pour reprendre intensivement la préparation : « Nous avons un peu touché à tout. Nous avons fait des longues sorties, des intensités, du biquotidien, … C’était très qualitatif. Nous étions bien logés et c’était agréable de pouvoir compter sur les massages du staff après les sorties. Je ne sors pas trop fatigué de cette semaine de reprise ce qui me permet d’enchainer les sorties d’entrainement ici à la maison."

De retour en coupe de France

Après un intermède oriental en WorldTour, Benoit va retrouver les manches de coupe de France. Des courses qu’il attend avec impatience : « J’ai hâte de retrouver ces compétitions où il faut produire de la course, où le rythme est un peu plus élevé toute la journée, où il y a un peu plus de bagarre. » C’est sur le Loire-Atlantique puis sur Cholet – Pays de Loire que Benoit va pouvoir en découdre : « J’espère pouvoir être acteur dans les finals de ces courses ou retrouver le goût des échappées au long cours. » La Normandie n’étant pas très loin, il aura aussi la satisfaction de voir ses proches sur le bord de la route !

Copyright : Gus Sev - Photographe