De la Californie aux Pyrénées

Mardi 19 juin 2018

Benoit dans l'échappée sur l'étape reine du Tour de Californie. Photo : Tim de Waele.

Une belle première aux USA

Benoit faisait partie de l’équipe AG2R LA MONDIALE alignée sur le Tour de Califonie. Pour un premier voyage aux Etats-Unis, Benoit en a pris pleins les yeux : « L’Amérique, c’est comme dans les films ou comme dans GTA ! Tout est immense. » Ce Tour de Californie, classé en UCI World Tour, offrait un plateau relevé en terme sportif et ce sont très souvent les meilleurs coureurs qui se sont imposés chaque jour : « Je pensais qu’il y allait avoir plus d’opportunités pour les échappées. Mais il y avait de très bons coureurs, spécialistes dans tous les domaines. Ainsi, chacun s’est exprimé sur son terrain de jeu et les échappées n’ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. » Malgré cela, Benoit a réussi à intégrer l’échappée sur l’étape reine. Une échappée très convoitée : « Ce fut un peu la guerre pour réussir à prendre l’échappée. Je suis content d’y avoir participé, cela m’a rassuré concernant ma condition physique. Sur le reste des étapes, je me suis mis au service de Mathias FRANK qui a réalisé un bon classement général final avec un Top 10. C’était une très belle expérience durant laquelle j’ai encore beaucoup appris. J’ai aussi constaté que mon corps s’adaptait très bien au décalage horaire. »

De nombreux supporters en Californie. Photo : Tim de Waele.

De retour en France avec des ambitions

Les boucles de la Mayenne correspondaient tout à fait aux qualités de Benoit. C’est avec des ambitions de classement général qu’il est arrivé sur le prologue inaugural : « Je savais que je pouvais faire quelque chose au classement général. C’est pour cela que j’ai pris tous les risques sur le prologue. Je termine 5e, c’est plutôt une belle performance car 3 des coureurs qui me précèdent sont partis sur une route sèche ! » Benoit réussi donc son but d’être tout de suite placé au classement général. Il vise l’échappée matinale dès le lendemain pour aller chercher des bonifications, objectif atteint mais … : « J’étais revenu à la seconde place du classement général provisoire. Malheureusement, une chute s’est produite à 6 kms de l’arrivée, j’étais mal placé et j’ai perdu 29 secondes. J’étais très déçu à l’arrivée. Tout se déroulait comme prévu et à cause d’une erreur de placement, je voyais le général s’éloigner. »

Le lendemain, la chance n’est toujours pas de son côté : il chute après 25 kilomètres de course. Après avoir repris place dans le peloton, il profite de ces bonnes sensations pour participer aux mouvements en fin de course : « Nous sommes partis à 20 kilomètres de l’arrivée. L’écart n’a jamais été important mais j’ai cru pouvoir aller au bout. » Au final, la tête d’un peloton très étiré reprend l’échappée à un kilomètre de la ligne. Benoit s’accroche dans la roue de Nacer Bouhanni et ne la quittera pas jusqu’à la fin. « Je suis très content de cette seconde place. Un peu déçu car j’avais la gagne dans les jambes si le peloton ne revenait pas sur nous. »

La chute sur cette étape eut plus de conséquences que prévue : « J’ai réussi à ne dormir que 3h, très gêné par les plaies engendrées par la chute. Du coup, j’étais vraiment très fatigué sur la dernière étape et n’ai pas pu me battre pour l’étape et le général. » Benoit sort déçu de ces boucles de la Mayenne où il espérait un bon classement général. Une erreur de placement et un peu de malchance et voilà ses objectifs partis en fumée.

Benoit termine second derrière Nacer Bouhanni sur la seconde étape. Photo : Freddy GUERIN.

De la montagne : des Alpes aux Pyrénées

Avant de rejoindre ses coéquipiers sur la Route d’Occitanie (anciennement la Route du Sud), Benoit a fait un petit crochet dans la station de La Toussuire pour quelques jours en montagne. Accompagné de ces anciens coéquipiers du centre de formation : Aurélien DOLEATTO et Aurélien PARET-PEINTRE, Benoit a enchainé les cols dans la bonne humeur : « J’ai vraiment pris du plaisir à rouler avec les collègues. Nous avons grimpé le col de la Croix de Fer, le col du Galibier, celui du Chaussy et la montée de la Toussuire. Une bonne mise en jambe avant l’Occitanie ! »

Nouveau nom mais des parcours toujours aussi jolis et difficiles : « C’était un vrai chantier avec une étape à plus de 4000m de dénivelé positif. J’ai beaucoup travaillé pour l’équipe. Nous avions un bon collectif avec notamment Hubert Dupont pour le classement général et Clément Venturini pour le sprint. Après une première étape loupée, Clément est allé chercher la victoire sur la seconde après un superbe sprint. » Le bilan est donc positif pour Benoit qui a réussi à mettre dans les meilleurs conditions ses deux leaders. C’est donc très fatigué qu’il termine cette route d’Occitanie.

Rendez-vous sur les France Elite

Sur les 4 derniers championnats de France dont il a prit part, Benoit a terminé à 3 reprises sur la deuxième marche. Mais pas question de rêver mieux pour sa première participation chez les élites : « Je ne m’interdis rien mais ce championnat est toujours une course particulière avec des équipes en très grand nombres qui cadenassent la course. Nous avons un bon groupe pour aller chercher le maillot tricolore. A titre personnel, je vais travailler pour l’équipe et nous verrons sur le moment si des opportunités se présentent ! » Et puis son club des supporters sera présent, il aura donc à cœur de montrer le maillot !

Copyright : Gus Sev - Photographe