"Une saison fantastique !"

Dimanche 29 Octobre 2017

"Avant de revenir en images sur ma saison, je tenais à vous remercier pour les nombreux messages de sympathie que j’ai reçu sur mes réseaux sociaux ou en privé. Veuillez m’excuser si je ne vous ai pas répondu tant il y en avait à lire. Mais sachez que je les ai tous lu et qu’ils me sont aller droit au cœur ! Merci !"

"J’ai pris ce stage avec l’équipe avec beaucoup de recul. Ma carrière amateur n’était pas encore fini et elle débutait bien plus tard que mes futurs coéquipiers. Ce stage m’a permis de connaitre un peu plus l’ensemble du staff, c’était très agréable.

 

L’équipe a profité de ma présence pour faire les photos officielles. J’étais content de partager ce bref moment avec eux mais je restait concentré sur mes derniers mois avec le centre de formation."

Photo : Vincent CURUTCHET.

"C’est une très belle équipe. J’ai passé deux ans et demi au centre de formation et j’ai beaucoup appris. Tant sur le côté sportif que sur moi-même : c’était la première fois que j’avais un appartement à moi, loin de chez mes parents. On apprend aussi à vivre en collectivité avec des personnes que l’on ne connait pas du tout et qu’on apprend à connaitre au fil des stages, des repas et des entraînements. Il y a un staff compétent et complet qui apporte beaucoup aux jeunes coureurs que l’on est. Par exemple, Eric Bouvat, le médecin, m’a beaucoup appris sur la récupération, la gestion du froid, etc … Je garderai de très beaux souvenirs de ces belles années !"

Photo : Freddy GUERIN / DirectVelo

"L’année précédente j’avais bien performé sur le Rhône-Alpes Isère Tour. Même si cette saison, j’avais coupé un peu juste avant et que ça constituait ma course de reprise, j’étais ambitieux. Depuis le début de la saison je tournais autour de la victoire mais je n’arrivais pas à trouver l’ouverture.

 

Gagner en Classe 2 était un objectif. J’avais gagné en toutes catégories et en Elite l’an passé. En Classe 2, c’était une autre marche. J’espérai un résultat mais ce fut une belle surprise tout de même. J’avais à cœur de gagner au moins une course avant de passer pro."

Photo :  Julie DESANLIS.

"J’ai passé une belle saison avec l’équipe de France. J’ai découvert de belles courses comme les classiques flandriennes. Les sensations sur ce G.P. de Plouay étaient bonnes. C’est une course qui me convient bien avec une arrivée en bosse. Toute l’équipe me faisait confiance. Aurélien Paret-Peintre m’a bien repositionné avant la dernière bosse et j’ai pu aller chercher une belle 6e place. J’étais satisfait de cette place et j’ai vu que le podium n’était pas inaccessible."

Photo : Presssports.

"J’ai un lien particulier avec cette course. Notamment, à cause de ma grosse chute lors de ma première saison au centre de formation. J’avais demandé à la refaire. Le Tour de Savoie Mont-Blanc est une très belle organisation, le C.C.F. est à la maison. Ce n’est pas des profils qui me conviennent mais je prends beaucoup de plaisir.

 

Sur la photo, je porte le maillot des rushs que j’ai porté suite à mes deux échappées les deux premiers jours. Participer à cette course c’est aussi prendre beaucoup d’expérience dans la gestion des étapes de montagne et de la récupération."

Photo :  Kim Caritoux.

"J’avais cet objectif derrière la tête : gagner une coupe de France. Ce sont les courses amateur les plus suivies, là où il y a le plus gros niveau. C’était également ma dernière coupe de France avant de passer pro. Nous avons couru libérés et offensifs sur tout le week-end. Même si nous ne gagnons pas d’étape, nous réalisons le doublé sur le classement général avec Aurélien Doleatto."

Photo : Philippe Foto.

"Il me restait assez de forces pour embrasser mes parents au pied du podium après cette nouvelle médaille d’argent sur un championnat de France. Je n’ai pas de regret car nous avions une très belle équipe Auvergne-Rhône-Alpes et avons très bien couru collectivement.

 

Victor Lafay a attaqué au moment prévu et avons fait le travail derrière. Je suis sorti dans le final pour aller chercher la seconde place. J’aurai bien aimé avoir un maillot distinctif, mais la fin de saison m’a donné satisfaction sur ce point."

Photo :  Olivia Nieto.

"C’était une belle fin de saison pour l’équipe AG2R LA MONDIALE. Nous avions un collectif fort et soudé auquel je pense m’être parfaitement intégré. Et puis les courses sur lesquelles j’étais aligné nous ont souri, avec Alexis Gougeard sur la Polynormande ou Alexis Vuillermoz sur ce Tour du Limousin. J’ai bien travaillé pour le collectif et profité de ces victoires.

 

Je suis content d'avoir intégré cette équipe. C'est un vraie famille dans laquelle chacun à sa place. On sent un véritable élan de solidarité entre nous !"

Photo : Zoé Soullard.

"Le matin même, on rigolait avec Mikael Chérel que l’échappée pouvait aller au bout aujourd’hui. Alors que traditionnellement, sur ce G.P. d’Isbergues, il y a toujours un sprint massif ! J’ai réussi à prendre l’échappée et nous avons parfaitement gérer notre écart ! Une fois encore, je me suis retrouvé dans une situation tendue dans le final avec le peloton à quelques secondes derrière. Les coureurs dans l’échappée avec moi ont sauté tour à tour et j’ai réussi à gagner le sprint devant Pierre GOUAULT.

 

Depuis que je fais du vélo je me dis que la chance peut sourire aux échappées et qu’il faut toujours y croire. Et quand c’est le cas, il ne faut pas se rater. J’ai bien profité de la victoire le soir même, sans penser au mondial."

Photo :  B.Bade / LNC

Photo : Tim de Waele.

"Je voulais performer sur les championnats du monde. Je savais que ma préparation physique était bonne avec un bon programme de course. J’étais aussi en confiance avec ma victoire sur le G.P. d’Isbergues et en étant entouré par une belle équipe de France espoir. Je savais que les efforts que j’avais fait dans les courses précédentes allaient payer ! Mais entre le penser et le faire il y a un monde. En France, j’étais l’un des favoris, mais le peloton espoir est de haut niveau avec notamment de nombreux coureurs professionnels. Ce jour-là était incroyable. J’ai encore le même sentiment aujourd’hui que lorsque j’ai passé la ligne : pourquoi moi ? Et puis tout est allé très vite après la ligne : les copains qui te prennent dans leurs bras, le podium, les conférences de presse, on essaie d’en profiter un maximum. J’ai pleins de souvenirs en tête. Particulièrement la montée sur le podium : nous étions derrière les rideaux sans pouvoir voir la salle où allait se passer le podium. Et d’un coup, tu passes derrière le rideau et tu vois la plus grande salle de Bergen pleine à craquer ! C’était impressionnant !"

Photo : Zoé Soullard.

Une saison parfaite !

"Dans un coin de ma tête, je voulais gagner une course avant de passer professionnel. Si possible une manche de Coupe de France DN1. Et puis je voulais l’intégrer rapidement dans le monde professionnel. Et tout s’est déroulé parfaitement. Je gagne une course en Classe 2, remporte une course par étapes comptant pour la Coupe de France, lève les bras après un mois et demi chez les pros et enfin j’endosse le maillot arc-en-ciel. C’est incroyable ! Je retiens aussi d’avoir garder intact le plaisir de courir tout au long de l’année, tant avec mes anciens coéquipiers du centre de formation qu’avec les nouveaux de l’équipe professionnelle. Je retiens aussi que je boucle deux saisons avec un seul abandon. J’ai réalisé une saison pleine qui me sera bénéfique pour la suite, j’en suis certain. Je surfe encore sur cette belle saison avant de prendre un peu de repos et apercevoir 2018 !"

Copyright : Gus Sev - Photographe