Benoit Cosnefroy, vice-champion de France espoir !

Lundi 22 août 2016

« J’aurais aimé le titre, mais je reste content d’assumer ce statut de favoris ! »

Cet avant dernier week-end d’août était marqué pour les coureurs espoirs d’un rendez-vous important : le championnat de France de l’avenir ! C’est à Civaux, dans la Vienne, que les 185 coureurs engagés pour ce championnat allaient se disputer le maillot tricolore de la catégorie espoir. Tout fraichement arrivé de sa première expérience comme stagiaire pro sur le tour du Limousin avec l’équipe AG2R LA MONDIALE, Benoit était un peu marqué musculairement : « J’ai rejoint l’équipe la veille. J’étais un peu fatigué physiquement de ces 4 jours de course. J’avais quelques courbatures mais motivé pour faire un beau championnat de France ! »

 

 

L’allure en début de course est régulière mais Benoit n’a pas les jambes : « Je sentais que les sensations n’étaient pas optimales. Ce début de course m’a permis de me débloquer. Avec l’équipe, nous avons attendu les trois derniers tours pour accélérer l’allure. » Les Rhône-alpins font exploser le peloton en 3 parties derrière l’échappée du jour. Benoit est présent dans le premier groupe de contre. « Je me sentais de mieux en mieux au fil des kilomètres. Nous sommes revenus sur l’échappée dans l’avant-dernière bosse. Paul Ourselin était déjà parti mais nous l’avons repris à la bascule. Il a de nouveau attaqué avant la dernière montée. Derrière, l’entente n’était pas parfaite. Il y avait des moments où nous ne roulions plus. » Benoit décide d’attaquer la dernière montée à fond pour tenter de revenir sur l’homme de tête. Il part seul mais vient buter à 10 secondes de Paul Ourselin au sommet de la dernière difficulté. Le normand termine 2e de ce championnat.

Il y a forcément un peu d’amertume dans cette seconde place, surtout après l’autre seconde place sur la version amateur du championnat de France. « Je suis tout de même content d’être sur un podium de championnat de France. Il y avait beaucoup de coureurs marqués sur ce championnat, plusieurs coureurs professionnels. Je démontre encore ma régularité au plus haut niveau amateur. Le podium est un bon bilan. »

Benoit Cosnefroy, vice-champion de France espoir. Crédit photo : Caroline VALOGNES.

Benoit Cosnefroy sur le tour du Limousin. Crédit photo : Christophe DELUCHE.

Belle expérience sur le tour du Limousin comme stagiaire pro

Juste avant d’arriver au championnat de France espoir, Benoit était engagé sous la bannière de l’équipe professionnelle comme stagiaire pro sur le tour du Limousin. Il a profité de cette nouvelle expérience pour encore découvrir un « autre monde » comme il le dit ! « Ça roule vraiment fort tout le temps. Je subissais beaucoup en début d’étape, mais j’essayais quand même de prendre les échappées. Cela m’a souri sur la deuxième étape avec une échappée de près de 150 kilomètres avec 3 autres coureurs dont Anthony Delaplace (Fortuneo – Vital Concept) qui habite à côté de chez moi en Normandie. » Comme lors de chaque expérience, Benoit ouvre grand les yeux pour connaitre les bases du fonctionnement d’une équipe professionnelle : « Tout est différent du monde amateur : le fonctionnement de l’équipe en course et en dehors. J’ai beaucoup appris également dans la gestion d’une échappée chez les pros. » Une expérience très formatrice pour lui.

 

Avant de repenser à la compétition, Benoit va observer une coupure de quelques jours avant de repartir en stage avec ses coéquipiers. C’est du côté de la station de La Rosière 1850 que le normand va poser les bases d’une fin de saison durant laquelle il espère retrouver le maillot bleu et grimper d’une marche sur l’une des dernières courses de la saison.

Stagiaire professionnel chez AG2R LA MONDIALE !

Mercredi 2 août 2016

Beau mois de juillet avec les chambériens

Après 6 jours de vacances dans la région des Cinques Terres en Italie pour se couper de l’agitation cycliste, Benoit a repris le travail sur le vélo et préparé les belles échéances qui s’offrent à lui. Après un stage montagne dans la station de La Rosière 1850, partenaire du centre de formation, la reprise de la compétition s’effectuait sur le G.P. de Charvieu. Une course rythmée parfaite pour relancer la machine : « Les sensations n’étaient pas exceptionnelles. J’ai fait beaucoup d’efforts durant toute la course. Je suis partie en échappée avec plusieurs coéquipiers. Nous avons fait toute la course devant avant d’être repris dans les derniers tours. »

Attaquant dans l’âme, Benoit récidive sur la manche de coupe de France, l’Etoile d’Or, quelques jours plus tard. « Nous sommes partis à 25 kilomètres de l’arrivée. Nous nous sommes retrouvés à une vingtaine de coureurs avec plusieurs coéquipiers. Je me sentais vraiment bien alors j’ai tenté ma chance en solitaire ! » A 7 kilomètres de l’arrivée, Benoit s’extirpe seul du groupe de tête : « J’ai dit que gagner en solitaire sur une manche de coupe de France DN1 pouvait être quelque chose de très beau ! Attendre le sprint était la solution de facilitée alors j’ai tenté ! » Mais le reste de l’échappée ne l’entend pas de cette oreille. Ses adversaires le reprendront à 800m de la ligne. « Je ne suis pas déçu car c’était à essayer ! Avec les sensations que j’avais, je me suis dit que c’était peut-être le bon jour. Et puis le collectif a super bien fonctionné avec notamment la 3e place de Nans Peters et notre victoire lors de la manche. » Les chambériens reviennent ainsi à 10 points de l’équipe leader du classement provisoire de la coupe de France, le VC Pays de Loudéac.

Stage de l'équipe de France. Crédit : Nicolas Gachet.

Benoit avait ensuite rendez-vous avec l’équipe de France espoir sur les routes de Savoie et de Haute-Savoie pour un nouveau stage montagne. Accompagné de plusieurs de ses coéquipiers, Benoit a profité du soleil pour engendrer les heures de selle, jusqu’à 7h30 dans la même journée. Puis direction l’Italie pour l’avant dernière manche de la coupe des nations espoir : le Trofeo Almar. Pas de leader désigné par le sélectionneur français, alors chacun tente sa chance pour prendre l’échappée. C’est finalement Benoit qui réussit à s’extraire du peloton avec un coureur slovène. « Le peloton avançait au ralenti alors je suis parti. J’ai fait le premier GPM puis tous les autres points chauds et grimpeur. » A 45 kilomètres de l’arrivée, le normand part seul. Le peloton mettra plus de 30 kilomètres à revenir sur lui : « J’ai passé un super moment à l’avant ! Il y avait beaucoup de monde sur le bord de la route, j’ai reçu beaucoup d’encouragement de la part des spectateurs. Ca restera un super souvenir ! » Grâce à son échappée, Benoit remporte le classement des points chauds et du meilleur grimpeur et monte ainsi sur le podium final.

Nouvelle expérience : stagiaire pro chez AG2R LA MONDIALE

Fort de son début de saison et de sa deuxième place sur le championnat de France amateur, Benoit a été invité par Vincent Lavenu, manager de l’équipe AG2R LA MONDIALE, à venir découvrir le monde professionnel comme coureur stagiaire. Une belle récompense qui marque une nouvelle étape dans son apprentissage : « Je suis très content de signer ce contrat de stagiaire. Je vais pouvoir découvrir le fonctionnement de l’équipe, comment elle fonctionne en course et en dehors. Il est certain que je vais me mettre à 200% pour l’équipe et être à la hauteur de la confiance donnée par l’équipe pro. » Malgré cela, Benoit ne se prend pas la tête et prend chaque expérience comme elle vient. Il débutera son stage sur le tour du Limousin. Avant cela, il sera de retour chez lui en Normandie pour participer aux deux courses de la Montpinchon. D’abord avec la version espoir comptant pour le challenge national puis avec la version élite. Après le tour du Limousin, il sera aligné sur le championnat de France espoir !

Escapade italienne sous le maillot bleu

Copyright : Gus Sev - Photographe